13e Université d’été Carl Rogers


  • Le Centre Trimurti
  • Au milieu des Maures
  • Conférences
  • Ateliers
  • Festivités

Vie et mouvement, le corps que je suis

CONFERENCES

« Le corps que je suis en miroir. » Emmanuel Roche

L’empathie thérapeutique, synchronisation et véritable union ‘’co-active’’ des systèmes nerveux est au cœur de nombreuses thérapies. Les neurosciences à travers la découverte des neurones miroirs et les recherches récentes sur la plasticité cérébrale commencent à vérifier l’expérience et les intuitions des cliniciens . Dans sa recherche diagnostique et sa pratique thérapeutique l’ostéopathe entre dans une ``communication corporelle’’ empathique avec son patient et va jusqu’à ressentir sur lui-même  plus ou moins consciemment, comme en écho,  son schéma corporel.
Divisant son attention  entre l’objet anatomique qu’il explore et son propre fond perceptif, entre  le tout et la partie, il découvre, au-delà du toucher, un espace réceptif intérieur capable d’intelligence sensible.
C’est l’observation vigilante  des réactions et variations de son continuum perceptif intérieur sensible,  qui constitue pour l’ostéopathe  l’organe perceptif essentiel, sa boussole.
L’ostéopathe se construit ainsi  par une expérience phénoménologique lui permettant de devenir de plus en plus conscient des aspects  invariants qui  structurent les éléments de sa perception.
Apprendre à ressentir consciemment cette échoïsation du schéma corporel et en dégager des éléments signifiants est  une aptitude au centre de toutes vraies relations thérapeutiques.

Emmanuel Roche D.O exerce l’ostéopathie et préside la Société Ostéopathique Franco  Américaine. Il est Membre enseignant de l’Association Médicale d’Ostéopathie Crânienne qui représente l’Osteopathic Cranial Academy américaine en Europe . Il a fondé et dirigé à l’Université de Bourgogne le premier diplôme universitaire en Europe d’expertise judiciaire ostéopathique. Il poursuit actuellement des recherches concernant la phénoménologie  de la perception ostéopathique.

«  Pour une spiritualité incarnée : le rôle du corps dans la spiritualité » par Florence Burrus

La transformation et l’approfondissement « du corps que je suis » se fait dans l’esprit du zen et suivant l’enseignement de K. Von Dürckheim. Le pilier de ce travail est la pratique du zazen, laquelle permet de s’ouvrir à cette dimension présente en chacun, qui est source de force, de confiance et de paix intérieure, ce qui manque profondément  à l’homme d’aujourd’hui.
Comme le zazen ou la danse contemplative, l’exercice du geste conscient conduit à la conscience d’être, et nous invite à la présence à l’instant, dans la force et la profondeur du Hara.

Florence Burrus : Toute jeune Florence à d’abord suivi l’enseignement du piano au conservatoire, où elle obtient le premier prix d’excellence. Après une formation à l’Ecole Chantraine à Paris, elle crée sa propre école à Nimes et y consacre 12 ans de sa vie. Elle s’oriente plus tard vers la danse sacrée auprès de C. Golovine, Muriel Jaër et Yvonne Berge. Répondant à un appel profond qui l’inclinait à devenir thérapeute et pédagogue, elle a voulu utiliser ce beau vecteur qu’est la danse comme moyen privilégié de transformation de la personne. Devenue danseuse et chorégraphe, elle a suivi l’enseignement de Karlfried Graf Dürckheim de 1975 jusqu’à sa disparition en 1998.

«  Du corps physiologique au corps perçu » par Laurence Trilles

Les premières racines de la vitalité sont dans notre corps et c’est par le mouvement que nous le percevons. « En réalité, le corps change de forme à tout instant, ou plutôt il n’y a pas de forme puisque la forme est de l’immobilité et que la réalité est mouvement! » H. Bergson (1940, L’évolution créatrice.)
Le corps est l’origine et le lieu où la vie se révèle à elle-même. C’est par notre corps que nous nous inscrivons dans le monde et que nous rencontrons autrui.
Pas de vie sans corps pour l’éprouver. Mais ce corps, partie la plus intime de nous-mêmes nous échappe et ne nous appartient pas autant que nous le croyons. Ce sera un des enjeux de la thérapie psycho-corporelle que de nous mettre en relation avec notre corps, nous « reconnecter » pour permettre de renouer avec notre affectivité, nos sentiments, notre désir d’amour et tout simplement notre désir de vivre.
De quel corps s’agit il ? Comment aborder la psychothérapie par le biais du corps ? Comment aborder le corps dans un processus psychothérapeutique ? Nous tenterons ensemble d’avancer dans la compréhension de cette unité psycho-corporelle qui nous permet de penser « le corps que je suis ».

Laurence Trilles :Psychothérapeute et Analyste bio-énergéticienne, certifiée par l’IIBA (Institut International d’Analyse Bioénergétique). Superviseur et formatrice à SFABE (Société Française d’Analyse Bioénergétique) et à l’IABFS ( Institut d’Analyse Bioénergétique France Sud). Membre de l’AEPPC (Association pour l'Enseignement de la Psychothérapie Psychanalytique Corporelle)
Kinésithérapeute de formation, elle a exercé dès 1969 en hôpital psychiatrique, s'est formée à la relaxation analytique de type Ajuriaguerra puis à l’analyse bio-énergétique .
Participe à un travail de recherche parmi différentes disciplines psycho-corporelles issues du courant humaniste et psychanalytique.

« Le verbe se fait chair… » par Elisabeth Kremer

Lorsque dans l’Approche Centrée sur la Personne et particulièrement dans la psychothérapie centrée sur la Personne nous faisons référence à notre paradigme conceptuel, nous sommes tout entier focalisés sur l’organisme et son développement.Il me semble que cette notion (avec celle de la tendance actualisante) n’a pas encore été assez explorée par nos théoriciens.
Quand une personne se développe, QUI se développe ? Quel est donc le but de cette personne tout au long de sa vie ?
J’aimerais démontrer que la parole est corps et quand nous sommes en contact, rencontre avec cet Autre, nous sommes devant ce mystère de la réalisation la plus intime et la plus universelle. D’une certaine manière ce n’est pas Vie et Mouvement, mais Vie EST, EN Mouvement.
En reprenant cette phrase du nouveau testament (Evangile de Jean) : « Le verbe s’est fait chair afin que la chair devienne Verbe », mais aussi en puisant dans les différentes traditions, monothéistes, hindouiste ou bouddhiste j’aimerais relever les points de convergences pour éclairer, si tant est que cela soit possible, les différents niveaux de l’Etre présents en toute personne, et solliciter votre réflexion sur qu’est ce qu'« être centré sur la personne. » Ce sont ces différents niveaux que nous rencontrons dans notre propre recherche, mais également dans nos accompagnements.
« Qu’est ce l’Âme » ? demandait-on un jour à K.G. Dürckheim, il répondit : « juste un peu plus que le corps… » et « qu’est ce que le corps ? » « juste un peu plus que l’Âme… »
Et puisque nous sommes dans une thérapie de la relation, voyons ce que cette relation a de « guérissante » dans ce projet de l’accomplissement de l’Autre.

Elisabeth Kremer- Psychothérapeute Centrée sur la Personne. Superviseure. Titulaire du Certificat Européen de Psychothérapie.

Ateliers

Des ateliers expérientiels et théoriques sont proposés chaque jours par les conférenciers et les facilitateurs de l'Ifrdp.

  • Le corps que je suis en miroir
  • Théâtre
  • Le toucher dans la relation thérapeutique
  • Vous avez dit sexuel ?
  • Quand je dis : JE, qui parle ? ou La vie en mouvement
  • Le corps mis à l’épreuve de la relation
  • Danse contemplative
  • Méditation

Groupe de rencontre

Tous les jours sont proposés des groupes de rencontre facilités par les formateurs de l'Ifrdp.

Historiquement, c'est Carl Rogers qui fut à l'origine des Groupes de Rencontre. C'est un lieu non spécifiquement structuré où chacun est libre de s'exprimer ou de se taire, d'écouter ou d'intervenir.

C'est un lieu privilégié de développement personnel propre à favoriser la tendance à la croissance présente dans chaque être humain ; espace de parole, d'écoute, de « rencontre » avec soi-même et les autres, un lieu de partage d'impressions et de réflexions, sur ce que nous ressentons et vivons ici et maintenant dans le groupe, ou ailleurs dans notre existence ...

Suivre FB

Vignette Pte UE2014

Du 1er au 5 juillet 2014

Accueil des participants 

lundi 30 juin 2014

(à partir de 17 h)

Ouverture le 1er juillet à 9 h.

Clôture le samedi 5

après le repas de midi.

Lieu : Centre Trimurti

Chemin des Périers

83360 Cogolin

Réservation 04.94.54.44.11

du lundi au samedi

9h à 12h et de 14h à 17h

http://www.trimurti-seminaires.fr/



Share This