2013


"Etre vraiment soi-même."

 

« Quel est mon but dans la vie ? Où tendent mes efforts ? Qu’est ce que je cherche à atteindre ? Ce sont là des questions que tout homme se pose à un moment ou l’autre, quelques fois dans le calme et la méditation, parfois dans les tourments de l’incertitude ou du désespoir »... 

« Je crois que la meilleure façon d’exposer ce but de la vie, tel que je le vois dans mes rapports avec mes clients, est d’employer les mots de Soeren Kierkergaard : « Etre vraiment soi-même ». Je me rends parfaitement compte que cela peut paraître simple jusqu’à l’absurde. Être soi-même semble la formulation d’une évidence plutôt qu’un but. Qu’est ce que cela veut dire ? Qu’est ce que cela entraîne comme conséquences ? Je vais me consacrer à l’examen de ces points, pour dire simplement en conclusion que cela me semble signifier et impliquer des choses étranges. De par mon expérience avec mes clients et mes recherches personnelles, j’en arrive à des opinions qui m’auraient parues tout à fait étrangères il y a dix ou quinze ans. Aussi  je vous fais confiance : regardez-les d’un oeil sceptique et ne les acceptez que dans la mesure où elles vous semblent correspondre à une vérité de votre expérience propre » ....

Carl Rogers  - Le développement de la personne - InterEditions

Cette 12me université d’été nous offre l’opportunité d’explorer cette question : « être vraiment soi-même », grâce à des conférences, des ateliers et des groupes de rencontre, proposés par l’équipe de formateurs de l’Ifrdp et par les conférenciers invités. 

Conférences :

« Trouver son authenticité à travers la méditation :

Le chemin du guerrier Shambhala »  Tessa Racine

Qu’y a-t’il de commun entre Carl Rogers et Chogyam Trungpa, maitre de méditation tibétain, auteur de « Shambhala, la voie sacrée du guerrier » ? Nous découvrirons comment les enseignements de Chogyam Trungpa font écho aux « trois attitudes » de l’Approche Centrée sur la Personne : le regard positif inconditionnel se retrouve dans  la possibilité de reconnaitre la « bonté fondamentale » chez l’autre, l’empathie devient l’échange compassionné et la congruence, la capacité à être connecté avec son coeur.

Mais au-delà de ça on retrouve dans les deux approches, cette confiance inconditionnelle dans la nature de l’être humain !

Etre « un guerrier de Shambhala », c’est avoir le courage d’être soi-même en allant à la rencontre de ses peurs avec l’aide de la méditation, un outil pour se rencontrer d’une façon differente.

Tessa Racine est formée à l’Approche Centrée sur la Personne avec le PCAIF en 2002. Elle a travaillé depuis en intégrant l’Approche aussi bien dans le domaine de la psychothérapie individuelle que dans la réalisation de films documentaires pour la télévision. Enseignante bouddhiste Shambhala depuis 2005, elle anime régulièrement des stages d’introduction à la méditation.

Elle est née en 1959, a trois enfants, un petit fils et une filleule tibétaine de dix ans qui vit à la maison…

  • « La nécessité d’être » - Geneviève Odier

Être vraiment soi-même c’est comme un mirage. À chaque fois que l’on croit toucher cette aptitude, qu’on s’en approche, ses contours s’effacent et sa teneur s’évanouit.

Être vraiment soi-même qu’est-ce que cela veut dire ? Quel sens cela a-t-il ? Cela semble parfois relever d’une mission impossible si on l’envisage comme un état qui, une fois atteint, deviendrait définitivement fixe. Pourrait-on considérer « être vraiment soi-même » comme un processus qui répondrait à une nécessité ? Une exigence dont le caractère inéluctable demanderait une ouverture et une présence aux informations externes autant qu’internes. 

Être vraiment soi-même ne peut s’envisager qu’en relation, qu’en interconnexion avec le monde. Rogers l’a magistralement illustré dans toute son œuvre. Le processus d’évolution est constant et non isolé. Il n’existe que s’il est en lien permanent avec l‘autre et l’environnement.

Dans cette recherche infinie quel parcours pour soi, quel parcours pour le client, quel parcours ensemble ?

Geneviève Odier a suivi ses études de psychologie à l’Université de Paris VIII. Après sa formation à la relation d’aide au Groupe d’Études Carl Rogers à Paris, elle a obtenu sa certification de psychothérapeute en l’Approche Centrée sur la Personne à l’Institut de Formation et de Recherche pour le Développement de la Personne (IFRDP) à Dijon. Elle a complété ses études par un Diplôme d’études Supérieures Universitaires de Psychopathologie. Formatrice, facilitatrice et superviseure, elle est membre du Comité Editorial de la revue ACP, Pratique et recherche. Psychothérapeute agréée par l’Association Française de Psychothérapie dans l’Approche Centrée sur la Personne (AFP-ACP), Geneviève Odier exerce comme psychothérapeute individuelle et de groupe en pratique privée. Elle a écrit différents articles en lien avec l’approche centrée sur la personne.

Elle est également l’auteure de « Carl Rogers. Être vraiment soi-même », ouvrage publié en 2012 chez Eyrolles.

  • « Etre vraiment soi-même, du désir au besoin » Moussa Nabati

L’impératif d’accorder satisfaction à ses besoins infantiles de matrice ; l’amour, la sécurité et la reconnaissance, dans le but d’apaiser ses craintes d’inexister, procure certes un soulagement éphémère, mais bloque à long terme l’émergence du désir.

Rendant le sujet prisonnier du passé et l’empêchant donc de se nourrir depuis l’intérieur, il le maintient, dépendant du dehors et des autres ; du coup idéalisés à l’excès, tour à tour décevants et salutaires.

Seul le renoncement au besoin de plaire peut  libérer le désir, aidant ainsi le sujet à devenir soi, vrai.

Moussa Nabati est psychanalyste, thérapeute et chercheur, docteur en psychologie et auteur de plusieurs ouvrages dont : « La dépression, une maladie ou une chance », Fayard 2005, « Le bonheur d’être soi » Fayard 2006, « Le fils et son père, les liens qui libèrent » 2009, « Comme un vide en moi, habiter son présent » Fayard 2012.

Share

Université d'été Carl Rogers 2013

du 1er au 5 juillet 2013

au

Centre Trimurti

Cogolin (Var)



Share This